Deux semaines de voile en mer adriatique

5 - 16 octobre 2015

Carnet de bord
Zaton - Kakan Jour 1
Au centre de la Dalmatie, entre Zadar et Split, Zaton sera notre point de départ pour cette expérience unique.
​Nous larguons les amarres depuis la Marina de Zaton et passons sous le « Skradin bridge », laissant apercevoir la ville de Šibenik, fondée au Xe siècle et qui fut sur une courte période la capitale du Royaume croate.
Odeur de pin , ciel dégagé, ambiance des plus agréables.
​Chacun s’essaye à la navigation et applique avec la plus grande attention les taches nécessaires au bon déroulement de cette journée et à la suite du voyage. Manipulation des instruments, lecture des cartes, actualisation du carnet de bord, manoeuvre de la barre ainsi que des voiles. L’immersion est totale.
Après 5h de navigation, nous arrivons à l'ancrage de Kakan, où nous passerons la nuit.
Kakan - Lavsa Jour 2
7h00, lever de soleil à bord du Vaja. Les couleurs de l'aube inonde la crique où nous mouillons, laissant présager une belle journée. Tour de la crique à la rame dans l’annexe, petite embarcation gonflable stockée dans le bateau, avec des tentatives de pêche, infructueuses.
À 14h08, nous quittons le mouillage avec un vent de SE, suffisant pour naviguer intégralement à la voile, nous avançons à 3 noeuds.
Sortis des ilots, le vent permet de hisser le spin et de pousser le Vaja à presque 10 noeuds. Après 4h de navigation, nous arrivons à la crique de Lavsa où nous resterons pour la nuit.
Lavsa Jour 3 - Relâche
Aujourd’hui, nous restons au mouillage. Un orage est annoncé pour le milieu de journée. Nous en profitons pour faire une randonnée autour de la crique et longer les falaises en bord de mer.
Lavsa - Donji Skolj Jour 4
Départ 6:30, la journée s’annonce sans vent. 22 Milles nautiques pour se rendre à Donji Skolj, nous naviguerons au moteur. ​
Arrivés à Donji Skolj, nous mouillons devant un petit port de pécheurs et allons sur terre via l’annexe.
Direction le village de Sali à 45min, pour se restaurer et faire quelques provisions en fruits, légumes et eau potable car les cuves du bateau sont maintenant vides (250L), eau que nous aurions pu plus facilement économiser avec une meilleure organisation, une leçon que nous retiendrons.
Après un dernier tour du village, retour au bateau sur des sentes au milieu des oliviers. Ce soir, nous nous sustentons avec trois thons blancs pêchés grâce à la technique de la traine, utilisée entre Lavsa et Donji Skolj.
Donji Skolj - Zadar Jour 5
Lever à 7:30, nous profitons de la crique pour nous baigner, flâner, plonger du bateau et s’initier à l’apnée. Après le brunch quotidien, préparé avec soin par l’équipage, nous levons l’ancre à 11:20.
Direction Zadar, vent très léger, la journée s’annonce bonne. Sortie de la crique, le vent baisse, nous restons au moteur. Nous souhaitons prendre l’itinéraire le plus rapide pour nous rendre à Zadar, nous faisant passer sous le pont Mali Ždrelac haut de 16,5 mètres, entre l’ile de Pašman et de Ugljan.
Ayant un doute sur le tirant d’air du bateau, je me fais hisser au sommet du mat pour s’assurer de la faisabilité. Le courant nous pousse vers le pont, c’est avec prudence que nous avançons. Même en haut du mat, il m’est très difficile d’estimer le passage sous le pont. À 15m du pont, il n’y a plus de doute, impossible de continuer, marche arrière, nous apprendrons plus tard que le tirant d’eau du bateau était de 17,5m, hauteur non indiquée dans les papiers du bateau fournis à notre départ.
L’itinéraire de replis se fera par la pointe nord de l’ile de Ugljan. Passer le cap, nous avons le vent dans le dos et sortons le spinnaker pour redescendre vers Zadar. Arrivés à la Marina de Borik, direction les douches, eau chaude, lessive sommaire de quelques affaires et remplissage des 250L d’eau douce dans les cuves du bateau. Ce soir nous profiterons de Zadar.
Zadar Jour 6
13:00… Effluves éthyliques, ronflements, relents gastriques. Zadar, la nuit fût courte...
La journée restera pluvieuse… Nous en profitons pour faire le ravitaillement du bateau, vivres et eau, aujourd’hui, fuel le lendemain si le temps nous permet de partir vers Paklénica. La journée passe vite et nous avons juste le temps de faire une visite rapide de la ville. ​Départ prévu à 6:30 pour Paklénica.
Vir - Paklénica Jour 7
Lever à 5:30 pour arriver le plus tôt possible à Paklénica pour pouvoir grimper. Nous passons « notre Cap Horn », sans vent, la journée se fait à l’allure du moteur et du génois.
Passage sous le pont de Paski Most entre les iles calcaires, changement de décors Après un pique-nique improvisé direction le parc naturel de Paklénica pour trouver un site de grimpe accessible à tous. Ce parc est situé dans la partie du sud-ouest du Velebit, près de Starigrad.
Le parc national comprend une des forêts les plus étendues de la région méditerranéenne et deux canyons : Velika (« Grande ») et Mala (« Petite ») Paklénica. Nous grimperons dans le canyon de Mala Paklénica pour les deux prochains jours. Retour à 18:00 au village en faisant un arrêt chez Dinko, restaurateur renommé à Paklénica. Langoustine, dorade, calamar grillé, maquereau…repas exceptionnel
Paklénica Jour 8
Aujourd'hui, nous restons au mouillage pour grimper.
Tout le monde profite au de cette belle journée, chacun la difficulté de voie qui lui convient ! La journée passe vite.
Retour à 17h avec quelques achats sur le chemin, spécialité de la région, huile d’olive, miel, pâté de figue, liqueur de noix…
Nous finissons à nouveau la journée chez Dinko. Maquereaux, bars, dorades, langoustines, même principe que la veille, tout le monde se régale.
Après ce bon repas, retour au bateau, que nous devons déplacer car le vent du sud forci et il faut nous éloigner des cotes par précaution, au cas où le mouillage ne tiendrai pas.
Paklénica - Lucina Jour 9
Le vent a beaucoup soufflé au court de la nuit, l’alarme de mouillage a retenti 4 fois, annonçant que le bateau dérape sur le fond.
Départ à 7:50 de Paklénica pour redescendre vers Zaton. Nous hissons le génois et la Grande Voile en profitant du fort vent du sud, rafales à 35 nœuds. Nous quittons facilement le mouillage sans utiliser le moteur et nous relayons à la barre.
Après 6:00 de navigation, la visibilité est limitée à 1 Milles nautiques, le plafond est bas. Nous sommes 3 sur le ponts et entendons des craquements sourds, surement les vagues venant s’écraser sur le flanc du bateau.
Tout à coup, un éclair déchire le ciel juste au dessus de nos têtes, nous comprenons que nous sommes au milieu d’une cellule orageuse. Nous rentrons les voiles et passons au moteur pour nous permettre d’acquérir l’itinéraire le plus court face au vent et ainsi rester le moins longtemps dans l’orage.
Maintenant à l’allure du moteur, un éclair vient frapper une île quelques encablures à bâbord, peu rassurant. L’épisode de tempête passé, nous arrivons dans une baie au Nord Est de l’île de Lucina, où nous poserons le mouillage.
Après le repas, nous remarquons que le bateau s’est déplacé d’environ 60m. Nous déplaçons le mouillage 100m plus loin et le doublons avec une deuxième ancre. Celui-ci devrait tenir.


Lucina - Luka Jour 10
06:00, vérification des conditions météo. Beaucoup de vent et de pluie. Nous reportons le départ. 09:30, peu de vent et la pluie a cessé.
Le mouillage en ligne a fonctionné, nous n’avons pas dérapé. Départ au moteur de la baie de Lucina. Sortis de la baie, nous hissons la Grande Voile et le génois pour remonter au près. Après s’etre « vautré » à plusieurs reprises (bateau « ardent », difficile à barrer en raison d’un vent trop fort pour la voilure portée ).
Le capitaine décide de s’arrêter à Lucina, la crique la plus proche pour ne pas abimer le bateau. À l’issue de cette journée, feu de hune arraché lors d’un virement de bord, anémomètre hors-service. Nous en profitons pour accoster le bateau au quai d’un restaurant, qui ouvre exceptionnellement pour nous.
Après restauration, nous tentons de faire sécher nos affaires sur le pont et faisons un tour dans le village de Luka. En parcourant le bord de mer, nous rencontrons Andy, un gallois ayant acheté un petit bateau en aluminium de 5m quelques semaines plus tôt et voulant parcourir les cotes de la Croatie. Nous ne tarderons pas à nous coucher, le réveil est pour 05:00.
Luka - Zaton Jour 11
Dernière journée, 05:20, nous quittons Luka sous un ciel étoilé.
Trois sur le pont, le reste de l’équipage dort. Aujourd’hui nus devons faire 38 Milles nautiques. Vers 08:00, le reste de l’équipage se lève, prenant la relève à la barre car la fatigue est bien présente après cette courte nuit.
Pour cette dernière et longue journée, nous combinons le moteur, la grande voile et le génois et économisons ainsi du temps et de l’essence avec nos 2 nœuds supplémentaires.
Allure régulière, pilote automatique, nous profitons du bateau pour bronzer, lire et immortaliser ces derniers moments. Nous mouillons à 14:00 non loin de Sibenik pour apprécier une dernière baignade. ​Retour à Zaton pour rendre le bateau, un dernier restaurant pour profiter de cette ambiance exceptionnelle.

Vous aimerez peut-être aussi...

Ultra Trail du Mont-Blanc
SNOWBOARD
Mont-Blanc
Fête des guides
ESCALADE
TRAIL
DIVERS
SKI
VTT
Le balcon de la Mer de Glace
Back to Top